Biographie : Les débuts

Un parcours professionnel – des galères

Thierry a commencé très jeune.
Durant toute sa scolarité à MEYZIEU (69) où la famille s’est établie (après un retour précipité suite aux évènements de l’ALGERIE des années 60),  Thierry a tout de suite marqué dès son plus jeune âge, son vif intérêt pour la musique.
Alors que Thierry n’a que 7, ans son premier lien avec la musique est en CM1 – CM2 avec Mme LUZERGA  qui venait enseigner la musique dans l’établissement.  Un des souvenirs le plus lointain est un spectacle de fin d’année au CM2 ou Mme LUZERGA avait donné la responsabilité de placer un tambourin dans les mains de Thierry afin que celui ci en assure le tempo.
C’est encore cette même personne qui en 1969-1970 donne des cours de piano à Thierry pendant deux années, et qui décide en 1971 de le préparer à une entrée au Conservatoire National de Musique de LYON.
Intégrant le Conservatoire de LYON en 1971, Thierry suit durant 10 Ans des études de solfège et de piano : Classique tout d’abord, puis Moderne et de Jazz ensuite.
thierry-11-ans-sur-sceneDans le même temps son frère Norbert qui lui est déjà musicien guitariste dans un orchestre décide de le faire entrer au sein de ce même orchestre.
Thierry fera à cette époque la 1ère partie du spectacle de Roger PIERRE et Jean – Marc THIBAULT sur  des scènes en Province.
Thierry a toujours considéré qu’il a reçu deux enseignements différents, mais forcément complémentaires : les cours de musique au Conservatoire, et le fait de jouer avec d’autres musiciens les week ends sur scène devant un public où il a pu mettre très vite en pratique ses bases musicales.
Première soirée, une SAINT SYLVESTRE, le 31 décembre 1971 à ROANNE (42). Thierry a alors 11 ans !

Ses parents lui ont fait confiance et l’ont beaucoup aidé; son père Emmanuel sacrifiant à son idée que musicien étant un métier de saltimbanque et donc pas un métier en soi, n’hésitait pourtant pas à l’accompagner à ses cours de musique et l’attendait des heures entières dans sa Renault 8 de l’époque.
La récompense de cet attachement, de cette patience à ce que son fils réussisse (comme pour ses autres enfants d’ailleurs)  lui viendra plus tard !
A partir de ce moment là Thierry devient un hyper actif, et cela lui correspond bien. Parallèlement, il entre en 6ème au C.E.S « Les Servizières »  à MEYZIEU.

Il est dispensé de sport à l’école pour pouvoir se rendre deux fois par semaine au Conservatoire à LYON,  parfois seul en bus ; Un soir de fatigue où il s’endormira dans l’un d’eux, il en oubliera même l’arrêt, et du coup le voilà repartit pour un tour…
Après Mme LUZERGA, c’est Melle THOUIN qui prendra le relais pour les cours de piano en particulier à VILLEURBANNE (région lyonnaise). Les répétitions s’enchaînent au Boulevard des États Unis  chaque semaine avec un Orchestre de Bals, lequel était chaque Week- End, sur les routes de France.
Quand Thierry a un peu de temps à lui… il s’empresse d’aller retrouver ses camarades musiciens pour,  comme on dit dans le jargon  musical,  « Boeufer ensemble».
Enfin pour finir avec une autre passion dans laquelle il excelle : le sport et le football. Thierry essaie de participer tant bien que mal le dimanche matin sur les terrains de Foot avec ses copains.
Dès l’âge de 10 ans et de 1975 à 1977, il se produit déjà dans des bals populaires de la région Lyonnaise le samedi soir, mais aussi en concerts, notamment au Casino du LYON VERT à CHARBONNIERE les BAINS (69) où il croisera tout d’abord le groupe Georges DUCROS; il y accompagne en qualité de pianiste – chanteur, Colette GENESTY chanteuse et artiste – peintre, qui deviendra par la suite la belle – mère de son frère Daniel, avec lequel Thierry a beaucoup travaillé. Maman Arlette gère avec économie les premiers cachets de son fils sur son Livret d’Epargne.
Cette activité musicale le conduira en SUISSE, à GILBRALTAR, puis en ESPAGNE pour y travailler avec un nouveau groupe : JOE FONTANA, quand en 1978 sa mère l’informe qu’il vient de recevoir un papier de l’Armée Française qui l’attend pour son Service National; il l’effectuera à BESANCON dans le Doubs. A sa sortie, il reprend avec beaucoup de ténacité la musique et le piano.
Des rencontres
Cette parfaite maîtrise de l’instrument et des claviers lui vaudra plus tard d’être l’accompagnateur pianiste  et arrangeur de bon nombre d’artistes, tel notamment de Nicolas PEYRAC en 1979 dont leur collaboration durera 3 ans, de même qu’il croisera Jean-Claude PERREY avec lequel il s’associera pour travailler en Studio d’Enregistrement, car à ce moment – là  Thierry a de plus en plus envie de composer des chansons.

Mais avant la gloire, ce sont des années de galère, où l’on survie de soirées en bals et dancings, travaillant et retravaillant sans cesse en cherchant sa propre voie.
Très inspiré par la « soul music », il en tire ce qui le caractérise assez bien musicalement mais aussi sur le plan vocal, en prenant bien souvent comme exemple l’artiste STEVIE WONDER, son Maître à Penser:
– Il parle de Stevie Wonder dans le texte du Coup de Folie.
-Il rend hommage aux Musiques Noires où il parle encore de Stevie Wonder.
– Il décide de reprendre une chanson de Stevie (SATURN) qu’il fait traduire en français avec  son approbation, et pour finir ce dernier invite Thierry à monter sur scène au ZENITH de PARIS  pour chanter avec lui : ANOTHER STAR. Son idole restera Stevie WONDER. Ce fut un moment WONDERFUL !!! tout comme Stevie.
Rencontres aussi avec Nicolas PEYRAC en 1979,  puis avec Alain PUGLIA qui deviendra son Producteur, de sa maison de disques : FLARENASCH, qui est aussi celle de Roland MAGDANE qui le croise et qui va participer à son lancement. C’est aussi la maison de disques de Rose LAURENS, de Jean – Pierre MADER, du groupe IMAGE, avec qui il fait maintenant la Tournée des Années 80, ou encore RFM PARTY…
Thierry fera à cette époque la 1ère partie du spectacle de Roger PIERRE et Jean – Marc THIBAULT sur  des scènes en Province.

 

Les principales étapes / Sa famille / Les débuts / Des rencontres / Le succès / Les épreuves / Aujourd’hui